skip to Main Content

Bienvenue à Prats de Mollo La Preste

Ville Royale aux 1000 ans d’histoire...
Découvrez les richesses architecturales de cette cité fortifiée par Vauban : Fort Lagarde, Église Saintes Juste et Ruffine, Ermitage Notre Dame du Coral, enceinte médiéval avec ses chemins de ronde, échauguettes, grilles, portes à bretèche et autres éléments défensifs, ruelles tortueuses...

Ville Nature au cœur du massif du Canigou...
De 700 à 2500 mètres d’altitude, une gamme complète d’activités de pleine nature au cœur du massif du Canigou (grand site de France), au pied du pic du Costabonne et dans la Réserve Naturelle la plus méridionale de France : Randonnées pédestres, VVT, trail, parcours accrobranches, via ferrata, pêche.
Ici la nature est généreuse !

Ville d’Eau, station thermale, bien-être...
Les eaux thermales de la Preste sont réputées dans le traitement des affections génito-urinaires d’origine infectieuse mais aussi pour le métabolisme et la rhumatologie.

Ville Festive
Divertissante, traditionnelle, surprenante : il y en a forcément une qui vous séduira. Ici, la fête c’est une deuxième nature…

Contact

Téléphone : +33 (0)4 68 39 70 83
Adresse : Place le Foiral 66230 Prats de Mollo La Preste

Nous situer

+33 (0)4 68 39 70 83

VILLE ROYALE

La vallée de Prats-de-Mollo dispose d’un réseau important de lieux de culte. Le paysage est ponctué de témoignages religieux : croix, oratoires ou chapelles.
Au sein des remparts, la chapelle Saintes-Juste-et-Ruffine est édifiée par un particulier à la fin du XVIIe siècle afin de faciliter l’accès des fidèles aux cérémonies. Située sur l’emplacement présumé du miracle du vin attribué aux saintes patronnes, elle a récemment été décorée par le peintre d’origine pratéenne, Jean Lareuse.

La petite chapelle du Rosaire, construite en 1561, se trouve dans le Faubourg.
Trois édifices sont visibles dans les hameaux environnants : Saint-Sauveur au niveau  de la vallée de la Parcigoule, autrefois érigé en paroisse, Saint-Isidore à la Preste et la chapelle de la station thermale.


À quelques mètres du col d’Ares, le panorama est dominé par les ruines de la chapelle Sainte-Marguerite, mentionnée dès le XIIIe siècle, dont l’hospice attenant servait d’accueil pour les voyageurs et les pèlerins. Ces ruines ont servi un temps de lieu de refuge en 1939, lors de la Retirada.


Tous ces édifices sont visibles de l’extérieur excepté la chapelle Saintes-Juste-et-Ruffine qui est ouverte tous les jours de 10h à 18h.

Back To Top